allérgie chez l'age adulte

Quelles sont les allergies fréquentes à l’âge adulte ?

On qualifie naturellement les enfants de plus fragiles aux allergènes. Il s’agit bel et bien d’une idée reçue, car enfants comme adultes, ont le même niveau de risques de développer des réactions allergiques. Le plus étonnant c’est d’avoir été en contact des allergènes auparavant sans réactions et de les subir récemment après avoirs dépassés ses 25-èmme année d’anniversaire. Aussi, comment les reconnaître, les vivre et est-il important de consulter un allergologue ?

Les deux principales catégories : les aériens et alimentaires

Les allergies les plus fréquentes à l’âge adulte sont en théorie rares. Entre autres, le corps notamment le système immunitaire ayant été exposé à des différents allergènes commence à s’y habituer. En principe, ils considèrent les allergènes comme des corps étrangers qu’il faut à tout prix éliminer. Et si auparavant, ils les reconnaissent, à l’âge adulte ils perdent certaines facultés de reconnaissance et les attribuent dans la liste des intrusions néfastes.

Sont alors, considérées par certains systèmes immunitaires adultes, les allergies aériennes. C’est un cas de la majorité des adultes ayant présenté des symptômes au-delà de ces 25 ans. Par ailleurs, bien que l’air semble plus innocent et respirable, il véhicule de nombreuses particules que l’on peut facilement aspirer. Notons principalement les pollens, dont les allergies se manifestent aux saisons de floraison de certains herbes et arbustes, on l’appelle ainsi rhume des foins ou rhinite allergique. Il y a aussi, les poils d’animaux domestiques tels que le chat et le chien et les acariens.

La statistique démontre également qu’à certains âges, ciblés par sexe, des personnes se voient plus fragiles à des allergènes. Certaines femmes développent, par exemple des allergies aux œufs et des arachides. D’autres personnes tolèrent difficilement les colorants, les amidons, les abricots, les crustacés et les lysozymes et bien d’autres spécifiques d’un profil à un autre.

Allergies alimentaires : réalité et hypothèse

Il est logique de s’inquiéter dans le cas d’une telle maladie. Le plus judicieux est d’approcher son allergologue pour les traitements et les préventions. Dans tous les cas, les foyers d’allergènes et les types d’aliments auxquels on devient allergiques sont à éviter. Soit adopter une mode de vie plus soignée : ménage périodique et régulier, nettoyage des linges et des housses de la literie, éloignement aux animaux domestiques, aération de la pièce de vie, adoptions des housses anti acariens.

Sur le même principe, mais en matière d’alimentation, il faut prendre conseil auprès de son allergologue et limiter leurs consommations. En parallèle, adopter un régime alimentaire sain et prendre sa part de soleil pour soutenir son système immunitaire grâce aux apports de vitamines.

Par ailleurs, certaines études supposent que l’apparition soudaine des allergies à l’âge adulte est liée à une régression de la défense immunitaire plus particulièrement à cause de la réduction de l’apport en vitamine D. En ajout, le taux d’allergène toléré auparavant par le corps devient de plus en plus haut à cause de la pollution de l’environnement, le système immunitaire doit ainsi répondre à ses excès de pollutions par des réactions allergies. Cela étant dit, les vérités à leurs propos semblent jusqu’à maintenant floues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *